NBA – Première crise dans le vestiaire des Lakers

3 min read

Frustration, oui, manque de communication oui, lacunes cruelles en défense et au rebond oui. Beaucoup de points négatifs sont déjà alarmants pour ce court début de saison des Anges Pourpres et Or. La saison NBA est un long exercice on ne le répétera jamais assez mais elle est aussi cruelle car il faut vite savoir prendre le train en marche et corriger les défauts pour ne pas dérailler et manquer l’extra en Mai.

Au-delà d’un début très timide au sein de cette Conférence Ouest (2 victoires pour 5 défaites) c’est bien le fond de jeu proposé par les Los Angeles Lakers qui agaçe. Un roster bancal mais pourvu d’idées, d’options, de talents qui peine à enchaîner les victoires. Pire encore, LeBron James reste très controversé pour le moment et à juste titre malheureusement pour le joueur qui subit le plus d’exigence aux yeux du monde entier. Une paresse mise en exergue par les projecteurs d’une scène Hollywoodienne, un manque d’implication et des décisions douteuses qui ne font pas mouche en fin de match.

Le quadruple MVP finit la rencontre avec une ligne statistique (29 points à 11/23 aux tirs, 10 rebonds, 7 passes, mais aussi 5 pertes de balles) qui masque un contexte particulier que le principal intéressé ne nie absolument pas :

« Nous devons mieux faire, nous parlons de patience mais d’un autre côté nous ne pouvons pas nous permettre de laisser les mêmes scénarios constamment se reproduire. Jouer à chaque fois de la même manière et espérer quelque chose d’autre, c’est de la pure folie. »

La frustration commence à se faire sentir et c’est bien l’équipe bien avant les fans qui l’exprime :

« Il y’a bien évidemment une grande part de frustration qui joue dans tout cela. Je sais pas à quel degré de frustration nous en sommes déjà, mais je peux vous dire une chose, le vol retour cette nuit va être compliqué […] Comme j’ai pu le dire aux gars, personne ne sera désolé à notre place. C’est à nous de trouver des solutions et d’accumuler les victoires. Pour l’instant nous gagnons que par moments. Luke Walton suite à la défaite de cette nuit contre les Timberwolves (124-120). »

Des mots durs qui peuvent évoquer une certaine fragilité, faiblesse déjà apparente depuis l’intersaison de la franchise aux 16 titres NBA. L’avantage qu’on peut y percevoir, c’est qu’une équipe qui connaît ses défauts depuis le départ est mieux à même de savoir se gérer et pourquoi pas corriger ce qui pêche. D’un autre côté, c’est une équipe qui connaît ses faiblesses et au lieu de se battre pour régler cela, embrasse ces inconvénients et laisse aller.

« On n’applique pas les bonnes actions au bon moment. Sur le plan collectif on ne fait pas bien les choses et on joue tous sauf comme une équipe. On rate notre défense sur pick&roll, personne ne veut box-out les rebonds. On doit très vite changer notre état d’esprit. » Rajon Rondo

Toutes les sonnettes d’alarme semblent commencer à être tirées du côté de la Californie. Les Lakers se cherchent encore en tant que collectif mais l’équipe a besoin de souffler un peu et sortir la tête de l’eau en gagnant quelques matchs. Sinon c’est bien Luke Walton qui pourrait finir par perdre la confiance du Front Office, vous savez bien comment ça se passe en NBA. Un mal apparaît, on tranche la tête.

Les prochaines affiches ne seront pas simples, mais il faut aller se rassurer : rendez-vous jeudi face aux Mavericks, dimanche face aux Blazers puis lundi face aux Blazers, avant de pourquoi pas prendre sa revanche sur Minnesota jeudi prochain.

Source : ESPN.

Crédit Photo : Le Soir.

Laisser un commentaire