NBA – Les Spurs dans une mauvaise passe, digèrent mal la défaite

3 min read

Même si l’ambiance était plutôt à la blague en conférence de presse, les sourires et les déclarations n’en cachaient pas moins une grande tristesse de la part des San Antonio Spurs. Giflés par les Rockets 136-105, cette nouvelle défaite met l’accent à nouveau sur certains difficultés rencontrées par les Éperons en ce début de saison. 

-31 contre Houston après -39 contre Minnesota, deux défaites qui poussent les Spurs à la quatorzième place de cette si rude Conférence Ouest. Un sentiment de déception et de frustration plane désormais dans le vestiaire des Spurs.

« Les gars se sont sentis mal après cette défaite et ils ont raison. C’est l’image des Spurs qui en prend un coup, ce qu’on représente, en portant ces maillots. Mais il faut qu’on comprenne que nous serons ici pour peu de temps comparé à cette franchise. Nous devons la rendre fier aussi longtemps que nous pouvons. » Patty Mills.

La dernière fois que San Antonio s’est retrouvé aussi bas avec au moins 20 matchs de saison régulière déjà joués, c’était lors de la saison 1996/1997 qui aura eu le bonheur de mener à la Draft de Tim Duncan. Un début de saison poussif que Gregg Popovich endosse la totale responsabilité.

« Nous devons continuer à nous améliorer sur beaucoup d’aspects du jeu. C’est en partie de ma faute. Je dois mieux bosser là dessus. Défensivement il faut employer plus d’efforts et mieux se servir de notre expérience. »

« C’est toujours la défense que nous remettons en jeu, on doit y jeter un oeil plus approfondi. Quelles sont les raisons de véritables et lourdes défaites ? La défense, on en revient toujours au même point. » DeMar DeRozan

En plus d’avoir quelques blessés notables (Dejounte Murray, Lonnie Walker IV, Pau Gasol) Patty Mills souligne qu’il faut un temps d’adaptation pour certains nouveaux arrivés.

« Un paquet de gars sont arrivés et doivent apprendre les systèmes du jour au lendemain. Ce n’est pas facile pour tout le monde du premier coup. Je dois parfois être exemplaire pour les nouveaux venus et leur montrer à quel point c’est facile de faire circuler la balle ou diriger l’équipe, la Second Unit, comme ça pouvait être facile à l’époque de Tim, Manu et Tony. »

Et malgré tout cela, tout bon fan reste serein quand on parle des Spurs, même si ils ne ressemblent plus autant à ce que les fans peuvent s’imaginer dans leurs esprits. Les temps changent, le jeu aussi. Rien de mieux qu’une bonne victoire, pourquoi pas deux de suite pour remettre tout le monde d’aplomb. Prochain rendez-vous à Portland avant de recevoir le Jazz et de jouer deux fois les Lakers.

Source : ESPN 
Crédit photo : USA Today

Laisser un commentaire