NBA – JR Smith et les Cavaliers, les prémices d’un divorce ?

2 min read

Avec un temps de jeu fortement limité comme son coéquipier Kyle Korver, JR Smith se sent certainement frustré. L’ordre venant d’en haut afin de mettre en avant la jeunesse de l’équipe, même le coaching staff n’y peut pas grand chose, surtout dans la situation actuelle. 

C’est certainement pour cela que l’arrière des Cavaliers de Cleveland n’a pas eu peur de provoquer les règles de la ligue et notamment du CBA quant aux demandes de trade via les médias et les réseaux sociaux. Au micro de Jordan Heck (Sporting News), Smith a été clair, net et précis lorsque la question suivante se posait :

« Espérez-vous un trade (de la part des Cavs) ? » demandait le reporter.

« Yeah« , disait JR, ajoutant qu’il trouvait « irrespectueux » de ne pas être mis au courant de vive voix et en face-à-face. Si Adam Silver ne pensait pas voir le Cavalier écoper d’une amende (selon The Athletic), Adrian Wojnarowski (ESPN) a quant à lui indiqué que la NBA devrait déterminer si cela représente une « demande de transfert publique », ne respectant alors pas les règles dictées par le CBA. Eric Bledsoe avait déjà subi un tel traitement lorsqu’il avait publiquement refusé de jouer pour les Suns de Phoenix, devant débourser 10 000 dollars en guise de punition.

Encore sous contrat pour deux saisons (14,7 millions cette année et un dead-cap à 18,6, 15,7 millions de dollars en 2019-2020), le transfert de JR Smith s’avère compliqué pour les Cavaliers. Smith reste un bon scoreur et peut prendre feu, mais cela reste trop rare pour prétendre à un tel salaire dans la plupart des équipes, d’autant plus que ses talents purs s’arrêtent là.

JR Smith devrait donc être forcé de rester chez des Cavaliers qui l’ont déjà écarté du projet à venir, mettant l’accent, nous le disions, sur la jeunesse (Jordan Clarkson, Larry Nance Jr. notamment). La saison qui vient à peine de commencer s’annonce donc glacée entre Smith et le front-office. 

Source : Spotrac, Bleacher Report / Source image : USA Today

Laisser un commentaire